Dr. John Andrew Morrow

Home » Uncategorized » L’historicité de l’alliance Mount Sinai

L’historicité de l’alliance Mount Sinai

Follow me on Twitter

Follow Dr. John Andrew Morrow on WordPress.com

Blog Stats

  • 33,332 visitors

Blog Stats

  • 33,332 hits

L’historicité de l’alliance Mount Sinai

par le Dr John Andrew Morrow
Source: lastprophet.info

Filed under: RECOMMANDÉ,Islam |

800px-Saint_Catherine_Sinai

By: Dr John Andrew Morrow

Source: lastprophet.info

MV Note de la rédaction: Nous rappelons aux lecteurs que ce document et son historicité est un débat académique qui concerne à la fois les musulmans et non-musulmans. Ce est dans le domaine de la connaissance générale et la spiritualité peut-être général. Il ne est pas un Fiqh (Droit) ou Aqida (Doctrine) question. L’esprit du document est ce qui fait qu’il est important aujourd’hui et non les détails. Ce est un esprit de respect et de tolérance pour les gens du Livre qui est en accord du Coran et de la Sunna. Les musulmans sont autorisés à accepter ou de rejeter ce document et les lieux, les personnes et les réclamations qui lui sont associés aussi longtemps que pas de fondements de la religion sont compromises. Par conséquent gardons nos discussions à ce sujet civile et modérée.

Le Pacte du prophète Mahomet avec les moines du mont Sinaï est attribué au Muhammad ibn ‘Abd Allah, le Messager d’Allah. Le document a été écrit de la main de l’Imam Ali au cours de la quatrième année de l’Hégire qui nous placer approximativement autour 625 CE. En supposant que la possibilité que cette rencontre était une attribution plus tard, il est concevable que le document a été délivré, ou re-publié, au cours de l’Année de délégations, qui ont eu lieu à peu près au 630 CE. Non seulement les moines du monastère de Sainte-Catherine confirmé de façon constante son authenticité depuis les premiers jours de l’Islam, les Arabes ont donc Jabaliyyah du Sinaï. Bien que la tradition islamique a été transmise presque exclusivement par les musulmans, ce est l’un des rares cas dans lesquels une Sunnah et un Hadith ont été transmis consécutivement par les musulmans et les chrétiens.

Selon les documents historiques, les libertés accordées par le Prophète pour les moines du mont Sinaï, avec d’autres communautés, ont été honorés par Abou Bakr, Omar, Othman et Ali, ainsi que les Omeyyades, Abbassides et les ‘ . LePacte du prophète Mahomet avec les moines du mont Sinaï est ensuite attesté par Muhammad ibn Saad al-Baghdadi (784-845), l’historien musulman précoce et scribe de al-Waqidi (748-822 CE), l’un des premiers historiens de l’Islam et biographe du Prophète, dans un document appelé Traité de Saint Catherine qui est cité dans son Tabaqator Livre des principales catégories. Se il est plus court que les copies existantes de la fameuse Charte des droits, protections et privilèges, il contient toutes les principales dispositions, presque mot pour mot.

Si Ibn Saad a simplement fourni un résumé des principaux points, Isma’il Ibn Kathir (1301-1373), le savant de hadith, commentateur coranique, juriste et historien, décrit le document en détail méticuleux et minute, tous les paraphrasant article unique. Parlant de la période juste après la Traité de Hudaybiyyah, Il raconte ce qui suit dans son Qisas al-Anbiya or Histoires des prophètes:

Ce est à cette époque [après le traité de Hudaybiyyah] que le Prophète accordée aux moines du monastère de Sainte-Catherine, près du mont Sinaï, sa charte libérale par lequel ils garantis pour les chrétiens __gVirt_NP_NNS_NNPS<__ privilèges et immunités nobles et généreux. Il se est engagé et a enjoint ses disciples, pour protéger les chrétiens, pour défendre leurs églises et les résidences de leurs prêtres et de les préserver de toutes les blessures. Ils ne ont pas à être injustement taxés; aucun évêque devait être chassé de son diocèse; ni chrétien devait être forcée de rejeter sa religion; aucun moine devait être expulsé de son monastère; pas de pèlerin devait être empêché de son pèlerinage; ni les églises chrétiennes ont été d’être tiré vers le bas pour le bien de la construction de mosquées ou des maisons pour les musulmans. Femmes chrétiennes mariées à des musulmans étaient de jouir de leur propre religion et ne pas être soumis à la contrainte ou une gêne d’aucune sorte. Si les chrétiens devraient avoir besoin d’une assistance pour la réparation de leurs églises ou des monastères, ou tout autre mater relatives à leur religion, les musulmans étaient pour les aider. Ce ne devait pas être considérée comme soutenant leur religion, mais simplement comme les rendant l’assistance dans des circonstances spéciales. Si les musulmans se engager dans des hostilités avec les chrétiens de l’extérieur, aucun résident chrétienne parmi les musulmans doit être traitée avec mépris à cause de sa croyance. Le Prophète a déclaré que tout musulman violer une clause de la charte doit être considérée comme un transgresseur des commandements d’Allah, un violateur de son alliance et de négligence de sa foi. (Np)

Outre des œuvres historiques, firmans des autorités politiques contiennent des références directes à la Ashtiname. La première de ces ont été émis par les Fatimides (r. 901-1171), et comprennent des décrets datant de 965, 1109, 1110, 1134, 1135, 1154 et 1156 CE. Affaire au point, le calife fatimide al-Hafiz ordonna à ses gouverneurs de respecter le Pacte Sinaï en 1134 CE. À l’époque, le document aurait été vieux de plusieurs siècles. Les Ayyoubides (r. 1174-1249) a renouvelé l’alliance avec les moines du Sinaï en 1195, 1199, 1201 / 02 et 1210 / 11 CE. Tant le fatimide et Ayyoubides émis décrets médiévales avec les moines du mont Sinaï qui se référaient à la sijillat al-nabawiyyah ou “prophétiques” décrets (voir décret 1169 fatimide et le décret 1505 mamelouk).

Les Mamelouks (1250-1517) a confirmé à plusieurs reprises dans 1259, 1260, 1272, 1268 / 69, 1280 et 1516 CE. Les Ottomans, qui introduit le Ashtiname au Trésor royal pour garder sûr dans 1517, à condition que les moines avec une copie certifiée qui a servi comme source de copies depuis, approuvant son authenticité soit chaque année, tous les deux ans ou tous les deux ans à partir de 1519 à 1818 / 19 . En accord avec l’esprit de la Pacte du Prophète, Le sultan d’Egypte a fait un traité avec l’Ordre de Saint Jean de Jérusalem en l’an 1403 CE.

Avant 1517, le décret prophétique d’origine a été conservé au monastère de Sainte-Catherine; Ce est ce document source primaire qui a été renouvelé par les Fatimides, Ayyubides et les Mamelouks. Non seulement le Pacte du prophète reconnu et respecté par l’establishment politique et religieux, il a été vérifiée de façon indépendante sur une base régulière par les cinq écoles de jurisprudence islamique. Le monastère de Sainte-Catherine possède fatwas près 2,000 de ismaélienne, Maliki, Shafi’i, Hanafi, Hanbali et savants de 975 à 1888 CE reconnaissant à la fois implicitement et explicitement les droits qu’ils ont reçus du Messager d’Allah.

Le Ashtiname était largement attestée, mentionné, cité, et entièrement traduit par de nombreux pèlerins occidentaux, des écrivains de voyage, des religieux et des chercheurs de l’16th siècle à nos jours. Jean Thenaud, le gardien du couvent des Cordeliers d’Angoulême, mentionné le Ashtiname dans sa Voyage d’outremer (Égypte, Mont Sinay, Palestine) qui décrit son pèlerinage au monastère 1512 Sainte-Catherine. Ce démystifie les revendications des critiques qui prétendent que le Pacte du Prophète a été produite par les moines du Sinaï comme une mesure préventive pour les protéger contre les conquérants ottomans. Si le Ashtiname était au Mount Sinai à 1512, alors cela prouve qu’il existait avant la conquête ottomane de 1517. Comme Affagart noté lors de son voyage 1533 à sainte Catherine, les moines ont refusé de se séparer de l’Alliance du Prophète (191). Des copies de la Pacte du Prophète, Datant dès 1517 à l’19esiècle, servira également de preuve de la transmission en continu et précis de son contenu, sans parler de la 1517 firman Selim la première qui confirme qu’il a pris le Pacte, a présenté à un comité de chercheurs qui trouvent qu’il est digne de foi, et l’a remplacé par une copie certifiée conforme. L’événement est également confirmée par Ioannis Tsernotas, alias Tsernotabey, un soldat grec de la cavalerie chrétienne spahis de l’armée ottomane, qui a participé à la campagne en Egypte avec 2,500 chrétiens. Un conseiller de confiance pour Selim I, il a été témoin des événements qui ont eu lieu lors de la conquête.

Même se il est presque tombé dans l’oubli, une œuvre de Feridun Ahmed Bey (d. 1583 CE), connu sous le nom Majmû’a munsha’at al-Salatin a été publié dans le 16th siècle et republiée dans le 19th siècle, à savoir, dans 1857 / 58. Il se compose d’une collection de lettres de et vers le Prophète, les califes et les sultans, ainsi que des lettres de et vers les souverains de l’Europe, ainsi que les traités qu’ils ont signés, tous compilés par le chef de la Chancellerie ottoman. L’individu en question était un prédicateur influent qui a servi Sokollu Mehmed (1565-1579) qui l’a nommé Secrétaire au 1570 et la chancelière dans 1573. Atai (d. 1635) rapporte qu’il a été formé dans le ménage du trésorier, ‘Abd Allah Çelebi. Après Sultan Selim II (1566-1574) est arrivé au pouvoir, Sokullu Mehmed tombé en disgrâce, et Feridun Bey a été rejetée en 1576. Après l’assassinat de l’ancien, Feridun Bey a été rappelé à Istanbul, marié dans la famille royale dans 1582 et a été reconduit dans ses fonctions le chancelier. Selon Virginia H. Aksan,

Le Münseat a été présenté par Feridun Bey à Murad III quand il est monté sur le trône en 1574 … Selon Ahmed Resmi, Feridun Bey a recueilli les registres et les décrets et les mettre dans le bon ordre, alors qu’il était Reisülküttab, Puis a ajouté les lettres et autres documents d’anciens dirigeants ottomans parce qu’il a été inspiré par un rêve de les présenter. (6)

Célèbre pour ses ouvrages historiques, Feridun Bey Munsha’at al-Salatin est tout simplement inestimable. Plus important encore, et plus révélateur, il contient une copie de la Pacte du prophète Mahomet avec les moines du mont Sinaï tirée du Trésor du Topkapi. Comme une dynastie se succèdent, les reliques du Prophète, les Compagnons et les califes précédents et sultans ont été héritées par leurs successeurs, ce qui explique, en toute logique, pourquoi presque tous les objets et manuscrits les plus anciens retrouvés dans la collection de la sultan ottoman. Certains ont été perdus. Certains ont été volés. Et certains étaient égarés. Toutefois, le Musée de Topkapi reste un riche dépôt d’artefacts qui confirment l’historicité des comptes islamiques. Les musulmans ont le droit de douter de présumées lettres du Prophète transmis par les autorités chrétiennes. Cependant, un tel scepticisme ne peut se étendre aux archives des califes et sultans. Leahdname peut en effet être traqué par les voies officielles musulmans sur l’autorité d’un homme décrit comme «un grave et personne distinguée, en qui figuraient toutes les qualités morales” (cité. Aksan 6). L’original arabe cité par Feridun Bey est identique aux dizaines et des dizaines de copies du Pacte du Prophète trouvé à Saint Catherine, Simonopetras, et ailleurs. Rendu en anglais par DS Margoliouth, il lit:

Ce est le certificat écrit par Mohammed fils d’Abdallah, le Prophète de Dieu et Son messager à toute l’humanité, offrant deux promesses et de menaces, et ayant dans sa gardant le dépôt de Dieu pour Sa Création, que les hommes aient aucun plaidoyer après la venue des messagers. Et Dieu est puissant et sage. Ce est ce qu’il a écrit au peuple de la religion chrétienne, et à ceux qui professent la religion chrétienne dans l’Est et l’Ouest, près ou de loin, parlant clairement et barbare, connus et inconnus. Il l’a écrit pour eux comme une charte, et quiconque viole, modifie ou transgresse l’alliance ce qui y est, aura violé l’alliance de Dieu, rompu sa promesse, ridiculisé sa religion, et a obtenu sa malédiction, qu’il soit un souverain ou tout autre musulman. Si un moine ou pèlerin se retrancher dans la montagne, vallée, grotte, le canton, le niveau, le sable ou à l’église, je serai derrière eux les défendre de tout qui doit leur envier, par moi-même, mes compagnons, mon peuple, mon secte, et mon disciples, dans la mesure où ils sont mes sujets et les gens de mon alliance. Et je les exempter des dépit de victuailles qui est endurées par le peuple du Pacte en ce qu’ils doivent payer la taxe, sauf la mesure où ils se de leur libre arbitre offrir, et il doit y avoir aucune contrainte, ni active occupée . Aucun évêque ne est d’être retiré de son diocèse, ni moine de son monkdom, ni ascétique de sa cellule, ni pèlerin de son pèlerinage, ne est aucun de leurs assemblage lieux ou églises à être tiré vers le bas, et nul ne la richesse de leurs églises être utilisés pour la construction de mosquées ou des maisons pour les musulmans; et celui qui fait cela doit avoir violé la charte de Dieu et de la charte de Son Prophète; il n’y en aura pris des moines, évêques, ministres ou tout sondage fiscales ou fines. Je maintiens leur sécurité partout où qu’ils soient, que ce soit sur terre ou sur mer, à l’est, ouest, nord ou sud. Ils doivent en tout temps et en tous lieux sous ma protection et dans mon alliance et de l’immunité de tout méfait. De même, les ermites dans les montagnes et les lieux bénis ne doivent pas avoir à payer l’impôt foncier, ni la dîme sur ce qu’ils sèment, nidoit être pris une partie de leur part puisque ce est juste assez pour leur propre bouche, ni avoir de prêter assistance au moment de la récolte, ils ne seront forcés de sortir sur le service en temps de guerre, ne doit plus être exigé d’entre eux qui paient l’impôt foncier et les propriétaires de biens et domaines et ceux qui se engagent dans des marchandises de douze dirhems tout à fait une fois par an. Aucun d’entre eux doit être faite à payer plus que ce qui est dû, ils ne seront pas lutté avec, sauf entraiter aimablement. Ils doivent les garder sous l’aile de la miséricorde en les gardant hors dépit de tous les méfaits, où qu’ils soient et où qu’ils habitent. Et si les chrétiens habitent chez les musulmans, les musulmans doivent les satisfaire, et souffrent eux de prier dans leurs églises, et ne doivent pas gêner en aucune façon avec la pratique de leur religion. Et quiconque viole la Charte de Dieu, et fait le contraire de celui-ci, est compté un rebelle contre son alliance et contre Son messager; en outre, les musulmans doivent aider à la réparation des églises et lieux chrétiens, qui resteront dans le maintien des chrétiens à la condition qu’ils respectent dans leur religion et d’agir selon la charte. Aucun d’entre eux ne peut être contraint de porter les armes, pour les musulmans doivent les protéger. Et il n’y aura personne violer cette charte pour tous les temps, jusqu’à le Jour du Jugement et de la fin du monde. (Cité. Zaydan 123-124)

La tradition des voyages de Mahomet au Sinaï et l’histoire et le contexte de la composition de la Ashtinameest également détaillé dans Balthasar de Monconys ‘ Le voyage en Egypte, 1646-1647, dans laquelle il affirme avoir vu le contenu du Prophète firman gravée dans la pierre (92). Une autre preuve à l’appui de l’authenticité de laAshtiname provient d’ Epitome tes hierokosmikes Historias [La quintessence de l’histoire sacrée mondiale] Qui était l’une des premières œuvres d’un moine du Sinaï pour être publiées. Le travail a été écrit par Nektarios (1605-1680), un moine de Saint-Catherine, connue diversement comme Nektarios la Crète et Nektarios de Jérusalem, sur la base des travaux historiques arabes qui étaient disponibles au monastère à l’époque, dont beaucoup ont maintenant été perdu. Ce travail, écrit en 1660, et publié à Venise en 1677, confirme le contact du Prophète avec les moines du Sinaï sur la base de sources arabes début. Originaire de Crète, il est devenu archevêque du Sinaï, et finalement Patriarche de Jérusalem. Écrit en grec simple, le Résumé donne un aperçu de l’histoire du Sinaï et le monastère de Sainte-Catherine de l’époque de Moïse à la conquête de l’Egypte. Les deux dernières sections traitent de l’histoire de l’Égypte et sa conquête par le sultan Selim dans 1517. Le travail confirme que les moines du mont Sinaï “avaient obtenu un acte de coexistence (ahtiname) du Prophète Mahomet lui-même” (Joyeux 288).

Dans 1697, M.LM.DC publié une courte défense de la Pacte du Prophète (Morrow 75). Cela a été suivi par Eusèbe Renaudot qui a écrit que le document était incontestable (Morrow 153). Même Johann Lorenz von Mosheim (1693-1755 CE), dont l’attitude envers la Ashtiname ne était pas favorable, a admis que: «[il] est … certains, que les mahométans reconnaissent à l’unanimité qu’il soit authentique” (1765; 330).

Ce Selim je ai ramené le Pacte du Prophète du monastère de Sainte-Catherine est pas une fiction: ce est un fait historique soutenu par un document officiel du sultan lui-même qui date de la même année. Parmi les nombreuses copies survivants de la Ashtiname, Il ya certains dès 1517 et d’autres aussi tard que 1858 CE. Ils sont tous identiques dans le contenu. Ils confirment que le Pacte du Prophète a été transmise pure du début 16th siècle à 21st siècle. Il n’y a aucune raison de supposer que la transmission se est produite contraire de la 7esiècle à 16th siècle. En fait, le fait que le monastère de Sainte-Catherine a été protégé par le Prophète a une trace écrite qui date de l’époque fatimide dans le 10th siècle à la fin de l’époque ottomane dans le 20th siècle. Année après année, depuis plus d’un millénaire, l’alliance du Sinaï a été confirmée.

Bien que le achtiname or Pacte du prophète Mahomet avec les moines du mont Sinaï était connu pour instruits lecteurs français, il a été popularisé parmi les anglophones par Richard Pococke (1704-1765), prélat anglais et anthropologue, dans son Description de l’Est (1743) qui dispose d’une traduction approximative du texte avec un compte de ses origines. L’invasion française de l’Égypte à la fin 18th siècle a apporté encore plus les dirigeants français, linguistes, et orientalistes en contact direct avec le Pacte du prophète Mahomet avec les moines du mont Sinaï. Sur Novembre 10, 1798, le Courrier d’Egypte rapporté que:

Brumaire 17 (Novembre 7th), Le général Bonaparte accordé une audience à vingt-quatre deputees des tribus arabes qui vivaient dans le pays du Mont Sinaï et al-Tur … La caravane a été accompagné par un moine du mont Sinaï qui agit comme son interprète … (2)

Samedi, Décembre 29, 1798, un compte rendu détaillé de la réunion entre la délégation du mont Sinaï et les nouveaux dirigeants français paru dans le Courrier de l’Égypte. On y lit:

Le moine du monastère grec du Mont Sinaï qui a accompagné la caravane des Arabes d’Al-Tur (voir le numéro d’émission 16) a été confiée par les moines de son monastère avec la tâche de demander la protection du commandant en chef et de lui demander pour confirmer les privilèges accordés à leur monastère par les différents dirigeants musulmans de l’époque de Mahomet à celle du Sultan au pouvoir. Il a présenté à cette occasion certains des décrets qui attestent les concessions qui ont été faites pour eux.

Le premier d’entre eux était une copie de celui qui ‘Ali, qui était le quatrième des califes, a écrit de sa propre main sur l’ordre de Mahomet. Elle contient des dispositions qui sont favorables aux moines de Saint Catherine et conclut de la façon suivante:

“‘Ali ibn Abu Talib a écrit cette alliance avec sa propre main dans la mosquée du Prophète, sur lui la bénédiction et la paix, le troisième jour du mois de Muharram de la deuxième année de l’Hégire (année 623 du calendrier chrétien ».

L’authenticité de ce firman pourrait être remis en question pour la deuxième année de l’Hégire de Muhammad le succès était loin d’être prédit. Il avait à peine obtenu succès contre une poignée de Qoraïchites. Il est difficile de croire que les moines de Sainte-Catherine a renoncé à la protection d’Héraclius, leur empereur, à un stade précoce, en faveur de celle du Prophète qui probablement encore apparu que certains zélotes fauteur de troubles obscure.

Quand il a conquis l’Egypte, Selim La première a eu la main sur le document original et possédait une copie livré qu’il a signé et à laquelle il a ajouté les mots suivants: «cette alliance, à laquelle le Prophète avait mis son sceau, a été déposé dans le Trésor du sultan; il est écrit sur un morceau de cuir de Taëf; Béni soit celui qui respecte ses préceptes! “

Les autres firmans partagées par le moine du Mont Sinaï ont été donnés à son monastère par le sultan régnant, Selim III, dans l’année de l’Hégire 1214 (1789), par le sultan Ahmet Ier dans l’année 1126 (1714) de l’Hégire; et par le conquérant de l’Egypte, Selim Ier, au cours de l’année de l’Hégire 923 (1517).

Après les formules standard, nous lisons dans ce firman: “Ce est notre désir, et en conformité avec le précepte divin,« faire le bien en proportion des primes que vous avez reçus du Tout-Puissant, «prendre une douche sur eux les avantages de notre puissante protection. Parmi ceux qui méritent d’être traités le plus favorable en notre nom sont situés les moines dans le monastère du Sinaï, cette montagne vénérable où Dieu a parlé à notre seigneur Moïse, sur lui la paix. “

Après avoir examiné les diverses faveurs accordées aux moines de Saint Catherine, par le Prophète lui-même, le premier califes, et plusieurs sultans, Selim confirme leurs privilèges et ordonne expressément les magistrats de la ville de Tur, à qui il se adresse à son firman, de se abstenir d’exiger toute contribution des moines. Il garantit à ce dernier la jouissance de leur maison, leurs jardins et leurs enclos qui leur sont attachés. Il interdit également les Arabes à entrer dans le monastère, d’imposer des taxes d’aucune sorte, pas même une drachme, de demander la moindre de cadeaux, de camper sur leur territoire, sauf se ils sont simple passage dans lequel la loi de l’hospitalité, qui a été pratiqué depuis la nuit des temps, se appliquerait, et il leur interdit également de troubler ceux qui visitent leur monastère.

«Nous accordons ces diverses faveurs aux moines du mont Sinaï,” déclare Selim, “conformément aux honorables concessions qui ont été faites à eux par notre Prophète et ses successeurs, en tenant compte des commandes qui ont été accordés à eux par les sultans et , à la lumière du fait que ce sont nos sujets, qu’ils suivaient une loi divinement révélé, et ce qu’ils soient fidèlement liés à notre empire. »(Courrier de l’Égypte 23, Le 9 nivôse, VII Année de la République)

Le public entre Napoléon et la délégation du mont Sinaï est documenté plus en détail par un témoin contemporain, Jean-Joseph Marcel (1776-1854), un orientaliste de la Société Asiatique, qui a travaillé en tant qu’administrateur dans le célèbre expédition française en Egypte, et qui se trouvait être amis et voisins avec Cheikh Muhammad al-Mahdi, le secrétaire au Divan ottoman. En Les dix soirées malheureuses, Marcel nous donne l’information à l’intérieur ce qui suit:

Sur le 17th brumaire 7 année (Novembre 7, 1798), qui correspond à la 28th de Jamadi al-Uwwal de l’année 1213 de l’Hégire), une caravane de tribus arabes qui habitent le territoire de al-Tur, est arrivé au Caire: il était composé d’environ cinq cents hommes et un nombre égal de chameaux. Ils se sont arrêtés à environ dix minutes à pied du Caire et installé un camp près de Fort Dupuy. De là, ils envoient vingt-quatre députés au commandant en chef pour annoncer leur arrivée et demander la permission de vendre leurs marchandises dans la ville. Selon la coutume orientale, ils ont apporté des cadeaux; leur offre est composée de raisins, poires, pommes et autres fruits de leurs terres … Les députés ont été accompagnés à l’audience par un moine célèbre du monastère de Sainte-Catherine qui a été établi au cours des premiers siècles du christianisme sur le Mont Sinaï.

Ce moine a été confiée par les moines de son monastère pour demander la protection du commandant en chef et de demander la confirmation des privilèges qui avaient été accordées au monastère par les différents dirigeants musulmans de l’époque de Muhammad jusqu’à ce que du sultan actuellement au pouvoir à Constantinople. Il a présenté à cette occasion certains des décrets qui attestent les concessions qui ont été faites pour eux.

Le premier est celui qui ‘Ali, le fils-frère du Prophète de l’islamisme, a écrit de sa propre main sur l’ordre de Mahomet lui-même. Elle contient des dispositions qui sont favorables au monastère, et se termine de la façon suivante: “‘Ali ibn Abi Talib a écrit cette alliance avec sa propre main sur l’ordre du Prophète, sur qui sera la paix et les bénédictions de Dieu, le troisième jour du mois de Muharram dans la seconde année de l’Hégire “.

Cette date correspond au jeudi Juillet 7th, De la 623 année du calendrier chrétien. Si ce décret est réel et authentique, car il semble être, et que le risque érudite semble croire que ce était, ce est le document le plus précieux qui existe depuis le début des années de l’islamisme. “(162-164)

L’autorité invoquée ci-dessus, Jean-Michel Venture de Paradis (1739-1799), était chef interprète de Napoléon des langues orientales. Traducteur, interprète, professeur d’arabe et le turc, et membre de l’Institut d’Égypte, il était un homme réputé pour son érudition. Il était l’un des nombreux chercheurs français qui ont cru que le Pacte du Prophète était une transcription fidèle de l’originale 7th document de siècle. Jean-Joseph Marcel était lui-même un savant à compter avec. Un savant qui a été membre de la Commission des Sciences et des Arts, un corps d’experts techniques 167, qui a accompagné la campagne 1798 de Napoléon en Egypte, il était un linguiste doué qui fait d’importantes contributions à déchiffrer la pierre de Rosette. Nommé directeur de l’Imperial Press en 1803, il avait la prière du Seigneur traduit dans cent cinquante langues en présence du Pape. Comme l’éditeur d’un dictionnaire arabe-français en 1830, son expertise en arabe est incontestée. Ses contributions à la République française ont été si impressionnants qu’il a été fait chevalier de la Légion d’Honneur. En sa qualité de linguiste et arabisant, Marcel a conclu que la Pacte du prophète Mahomet avec les moines du mont Sinaï semble être authentique. Ce ne était pas seulement sa conclusion: ce était le consensus de la Commission des Sciences de Napoléon et des Arts. Ce était à la suite de cette évaluation scientifique que Napoléon a reconnu les revendications des moines de Sainte-Catherine.

Comme le rapporte J. Gordon Melton Confessions à travers Heure: 5,000 ans d’histoire religieuse, Napoléon placé monastère de Sainte-Catherine sous sa protection et la reconnaissance de son statut traditionnel et privilèges (1367) accordée. Le décret stipule:

COMMANDE
Le Caire, 19th Décembre [1798]
Bonaparte, général en chef, voulant favoriser le couvent du mont Sinaï
1st. Afin de transmettre aux futures courses les traditions de notre conquête;
2nd. Par respect pour Moïse et la nation juive, dont la cosmologie retrace les premiers âges;
3rd. Parce que le couvent du Mont Sinaï est habité par bien éduqués et polis hommes, vivant dans le milieu de la barbarie du désert;
Commandes, & c, & c. (239)

Non seulement Napoléon ne accorder des privilèges religieux et commerciaux aux moines, et offrent une protection contre les Bédouins, il a signé son nom sur la Ashtiname à côté de celle de Muhammad (239; Lockhart 124). En d’autres termes, Napoléon lui-même ratifié le Pacte du prophète Mahomet avec les moines du mont Sinaï.

Une traduction complète de la Pacte du Prophète avec les moines du mont Sinaï paru dans Histoire de l’Égypte sous le gouvernement de Mohammed-Aly, ous Récit des événements majeurs Politiques et militaires Qui Ont eu lieu DEPUIS Le départ des Français JUSQU’EN 1823 par Félix Mengin. Il a présenté la pièce que factuel et décrit comme extraordinaire (277-280). Par 1835, mot de la Pacte du Prophète avait atteint le [national] Geographic Society qui se sont réunis pour en discuter. Dans son “Actes de Sociétés,” Le nouveau magazine mensuel et littéraire Journal Déclaré ce qui suit:

Le couvent sur la montagne a été fondée par Justinien qui a doté l’ensemble de la péninsule du Sinaï. Lorsque Mahomet se répandait sa religion avec le feu et l’épée sur l’Orient, il est dit avoir épargné ce couvent dans la gratitude pour un approvisionnement opportun de l’eau et des provisions; et, comme les moines affirment, leur a donné un firman, écrit par Ali, qui a confirmé à l’ordre de leur subvention de Justinien de la péninsule. Ne étant pas en mesure d’écrire, Mahomet répandre l’encre sur sa main, et le mit sur le papier que sa signature. Le firman a été envoyé à Constantinople, où le sultan Selim recueilli toutes les reliques du prophète; et les moines ont reçu un autre dans le même sens, qui, disent-ils, est maintenant au Caire. (257-258)

Dans son 1844 Voyage au Mont Sinaï, Louis de Tesson décrit à venir face à face avec le Pacte du Prophète:

On nous a montré la firman de Mahomet qui a été accordée, non seulement pour les moines du Sinaï, mais à tous les chrétiens. Pendant longtemps, le monastère de la Transfiguration était la maison de l’original écrit en caractères coufiques sur la peau de gazelle et couvert avec la signature du Prophète; à savoir, le législateur ignorants des Arabes placé l’impression trempé dans l’encre sur elle sa main, la main même qui ne savent pas comment tenir un stylo. Dans 1517, le précieux document a été justifiée comme une relique sacrée par Selim la Première et déposé dans le trésor de sa place; les moines ont reçu une copie sur un parchemin, certifié par le sultan lui-même, qu’ils conservent avec soin; il leur sert de sauvegarde lors de leurs voyages. (168-169)

Après l’ Munsha’at al-Salatin a été réédité à Istanbul en 1848, le Pacte du prophète Mahomet avec les moines du mont Sinaï commencé à circuler dans les cercles diplomatiques, et les traductions de son origine arabe ont commencé à apparaître dans diverses sources européennes. Dans 1888 / 1889, Philippe Gelat cité en français dans son Répertoire de la législation et de l’administration L’égyptiennes (105-106). Pourtant, une autre traduction en surface dans 1907 Des patriarcats: les patriarcats Dans l’Empire ottoman et specialement en Egypte par Sésostris Sidarouss et a également été traitée comme historiquement son (506-508). Dans 1858, primé poète Henry Jour, publié Sinaï; un poème, Qui se réfère à la présence du Prophète sur le mont Sinaï:

Haute sur le Rocher souverain, le couvent se cabre encore sa forme colossale, et les gardes le site Où sainte Catherine, ange-flottait, dort. Voir! de ses tours la norme de la Croix donne au vent ses plis Blazoned, bien que loin Les cymbales sonnent solennelles l’heure de la prière! Hard de communion étrange! le sanctuaire étincelant du Prophète du Yémen se élève, la grotte de lui qui est venu Boy-pèlerin ici, et dont le cœur simple Recked pas de venir la ruse, ou Héra Delusive. (19)

Dans une note au poème, nous lisons que:

La mosquée de Mahomet se élève près de l’église. La tradition rapporte que Mahomet, tout en encore chamelier en Arabie, errait au grand couvent, alors âgée pas un siècle. “Comme il se reposa,” si l’histoire a été avec de légères variations racontées d’âge en âge », comme il se coucha avec ses chameaux sur le mont Menejia, un aigle a été vu pour déployer ses ailes sur la tête, et les moines, frappé par cette augure de sa grandeur future, le reçut dans leur couvent, et il en retour, incapable d’écrire, estampillée à l’encre sur sa main la signature d’un contrat de protection, établie sur la peau de gazelle, et déposé dans les archives du le couvent. (19, noter 21)

Dans 1861, le révérend Joseph Wolff a publié un compte rendu de ses voyages qui a confirmé que les moines de Saint Catherine ont montré la main et firman de Muhammad après quoi il a accordé la protection du monastère (488). Dans 1887, Samuel Sullivan Cox, qui a servi en tant que diplomate en Turquie, fournit une description positive des voyages de l’Mahomet au Sinaï et une évaluation honnête de la teneur du Pacte du Prophète. Dans ses mots:

Mahomet était un conducteur de chameaux. En suivant cette vocation, il fait la connaissance d’un moine du monastère de Sainte-Catherine sur le mont Sinaï. Le moine, dit-on, annoncé à Mahomet la grande éminence à laquelle il aurait atteindre. En conséquence de la révélation, il a demandé, à l’avance, pour le indulgence de Mahomet en faveur de la communauté chrétienne et de certains privilèges pour le monastère de Sainte-Catherine sur le mont Sinaï. Mahomet a donné les promesses.

Selon la tradition turque, Mahomet, agissant sous l’inspiration sacrée, abandonné son métier de chamelier. Il se retira dans une auberge isolée. Là, il a passé son temps dans la prière, la méditation religieuse et le jeûne. Ce est en ainsi engagé qu’un ange lui apparut une nuit, et livré à lui le Coran. Mahomet, à son tour, a communiqué ses préceptes à ses disciples, qu’il appelait Houlifaï. Ces adeptes, dans un temps très court, gonflé en nombre à un point tel qu’ils ont bientôt constitué une armée puissante et bien disciplinée, si ce ne est bien organisé,. A la tête de cette armée Mahomet a commencé son expédition religieux, proclamant la foi nouvelle. Ce composé une croyance en un seul Dieu, et Mahomet comme prophète et émissaire de ce Dieu.

Au cours de ses conquêtes et mars triomphale à travers l’Arabie et la Syrie, Mahomet est venu au mont Sinaï; là, il a de nouveau rencontré son vieil ami le moine du monastère de Sainte-Catherine. Ayant rappelé Mahomet de son ancienne promesse, le moine obtenu de lui un «actinamen,” ou acte officiel. Ce conféré le monastère en question les privilèges promis, et sur les chrétiens en général le libre exercice de leur religion. Le actinamen a été dicté par Mahomet lui-même. Elle a été prise par un de ses disciples, Ali Amboudalip. Comme Mahomet ne pouvait pas écrire, il a fait sa marque sur le document. Il plongea sa main dans l’encre et l’abattit sur le papier, laissant celui-ci l’impression de ses cinq doigts. Cet incident est commémoré dans la “toughra” ou enseigne Imperial, qui peut être vu sur tout document officiel turc et Coin jusqu’à nos jours …

Le document a été conservé au monastère de Sainte-Catherine à Mount Sinaï jusqu’à AD 1517. Puis le sultan Selim I, a pris dans son propre possession comme une relique sacrée. Il a donné en échange pour elle une copie authentifiée, certifiée par lui-même. Ce est encore préservée. Elle porte le titre suivant:

“Ce document a été écrit par Mahomet, fils d’Abdallah, et émissaire de Dieu, le Guardian et conservateur de l’Univers, à l’ensemble de sa nation et de religion, d’être une subvention vrai et sacré pour la race des chrétiens et de la offrande du Nazerites. “est-ce pas de la fontaine et l’origine des« capitulations »et la tolérance envers les chrétiens et d’autres sectes?” (210-212)

Si la dernière copie officielle de la Pacte du Prophète a été publié à la fin du 19th siècle, il a commencé à circuler parmi les savants pendant le même temps. En fait, à la fin du 19th siècle, Naufal Effendi Naufal a publié une traduction turque du texte arabe. Syed Ameer Ali (1849-1928), le juriste musulman distingué, peut être le premier chercheur à exposer sur le Pacte du prophète Mahomet avec les moines du mont Sinaï dans la langue anglaise. Il a fourni une paraphrase détaillée de son contenu dans 1819 dans son admirable livre intitulé L’Esprit de l’Islam:

Ce est à cette époque que le Prophète accordée aux moines du monastère de Sainte-Catherine, près du mont Sinaï, et à tous les chrétiens, une charte qui a été justement désigné comme l’un des monuments les plus nobles de la tolérance éclairée que l’histoire de la monde peut produire. Ce document remarquable, qui a été fidèlement préservé par les annalistes de l’Islam, affiche une largeur de vue merveilleuse et la libéralité de la conception. Par elle, le Prophète fixé aux privilèges et immunités chrétiens dont ils ne possèdent même sous souverains de leur propre croyance; et a déclaré que tout Musulman violer et abuser de ce qu’on y ordonné, doit être considéré comme un violateur du testament de Dieu, un transgresseur de ses commandements, et un plus léger de sa foi. Il se est engagé, et enjoint à ses disciples, pour protéger les chrétiens, pour défendre leurs églises, les résidences de leurs prêtres, et de les préserver de toutes les blessures. Ils ne ont pas été injustement taxés; aucun évêque devait être chassé de son évêché; aucun chrétien ne devait être forcé de rejeter sa religion; aucun moine devait être expulsé de son monastère; pas de pèlerin était en détention de son pèlerinage. Ne ont été les églises chrétiennes d’être tiré vers le bas pour le bien de la construction de mosquées ou des maisons pour les musulmans. Femmes chrétiennes mariées à des musulmans étaient de jouir de leur propre religion, et ne pas être soumis à la contrainte ou une gêne d’aucune sorte sur ce compte. Si les chrétiens devraient avoir besoin d’une assistance pour la réparation de leurs églises ou des monastères, ou toute autre question relative à leur religion, les musulmans étaient pour les aider. Ce ne devait pas être considéré comme prenant part à leur religion, mais simplement comme les rendant une assistance dans leur besoin, et se conformer aux ordonnances du Prophète qui ont été faites en leur faveur par l’autorité de Dieu et à Son messager. Si les musulmans se engager dans des hostilités avec les chrétiens de l’extérieur, aucun résident chrétienne parmi les musulmans doit être traitée avec mépris à cause de sa croyance. Tout musulman donc traiter un chrétien doit être comptabilisée récalcitrante au Prophète. (79)

Il ya quelques choses qui frappent le lecteur érudit: 1) qu’il place l’alliance du Sinaï après le conflit de Mahomet avec les Juifs, à savoir, dans et autour du traité de Hudaybiyyah, ce qui est cohérent avec le compte d’Ibn Kathir; et, 2), le plus important de tout, il affirme que «[t] de son document remarquable … a été fidèlement conservés par les annalistes de l’Islam” (79).

En quelques années, de la publication de L’Esprit de l’Islam, Le Pacte du Prophète avec les moines du mont Sinaïparu en français (et probablement en arabe) dans L’Union Islamique / al-Ittihad al-Islami dans 1898 CE. L’article, qui comprend le texte intégral de la Ashtiname, A été ramassé Bessarione, Un journal italien d’études orientales, ainsi que Échos d’Orient, Une publication française. L’article de Échos d’Orient, Intitulé “Décret de Mahomet Relatif aux Chrétiens,” fournit simplement un résumé condescendant de la pièce originale qui a paru dans L’Union Islamique. Il mentionne que le décret original du Prophète était encore en existence et a été stocké dans la bibliothèque du sultan (170). Elle indique que l’existence de la Ashtiname avait été mentionné à quelques reprises dans l’Ouest, mais que son contenu ne avait jamais été précédemment révélée (170). Ce est manifestement erronée que de nombreux écrivains de voyage de l’Europe avaient écrit à ce sujet et fourni des traductions de celui-ci. Curieusement, l’article affirme que l’alliance “avait été publié en Orient par deux historiens arabes” (170).

Peu de temps après la Ashtiname a été partagé avec l’arabe, l’italien, et les lecteurs français, Anton F. Haddad a parole de l’Alliance du Prophète vers les Amériques où il a publié une traduction en anglais basé sur la traduction en turc dans 1902. Même se il a subi un processus de double traduction, le contenu a été transmis avec précision. Abdullah al-Mamun al-Suhrawardy (1870-1935), l’Organisation islamique érudit, avocat, et universitaire, a également mentionné la Ashtiname dans sa conférence de 1904 sur “l’Islam et la tolérance” qui a été publié dans le Revue trimestrielle de l’Asie dans 1905. Dans ce document, il a mentionné que: “On nous dit que sur l’année de l’Hégire 6, le Prophète accordée aux moines du monastère de Sainte-Catherine, près du mont Sinaï, et à tous les chrétiens, une charte qui a été désigné comme l’un des monuments les plus nobles de la tolérance éclairée que l’histoire du monde peut produire “(156). Un commentaire plutôt détaillée du Ashtiname ou “Charte du Prophète» est apparu dans de Jorge Zaydan Histoire de la civilisation islamique paru en anglais dans 1907. On y lit:

Il ya des copies à jour d’un contrat censé avoir été faite par le Prophète avec les chrétiens et leurs moines, appelé la «Charte du Prophète», qui se accordent à teneur même si elles varient dans la formulation. Cette Charte est censé avoir été écrit par la main de ‘Ali, et déposé dans la mosquée du Prophète de l’année 2 AH Différentes copies ont été faites et transférés dans divers monastères. L’un d’eux a été gardé dans le monastère du mont Sinaï, où le sultan Selim le Conquérant retiré à Constantinople au début du XVIe siècle de notre ère, après avoir exposé à une assemblée des avocats, par qui il a été traduit en turc. Une copie de la Turquie a ensuite été déposée dans le monastère du mont Sinaï, avec des chartes confirmant les moines dans les droits qui leur sont garantis par la Charte du Prophète …. (124-125)

Arabes, en particulier les Egyptiens, appris sur les Ashtiname dans 1916 après Shuqayr publié une copie du Pacte en arabe dans son livre sur l’histoire du Sinaï. Dans 1918, Bernard Moritz, a publié le Ashtiname en arabe et en allemand, exposant ainsi les universitaires allemands et autrichiens au sujet. Le Pacte du prophète Mahomet avec les moines du mont Sinaï a été mentionné dans la première Encyclopédie de l’Islam qui semblait entre 1913 et 1936.

Le Pacte du prophète Mahomet avec les moines du mont Sinaï est également considérée comme une réalité historique par Muhammad Marmaduke Pickthall (1875-1936 CE), qui a écrit que «[i] nnumerable monastères, avec une richesse de trésor dont la valeur a été calculée à pas moins d’une centaine de million de livres sterling, dont jouissent le bénéfice de la Charte du Saint Prophète aux moines du Sinaï et ont été religieusement respecté par les musulmans »(cité. Zahoor 5). Dans 1946, Joaquim Pedro Oliveira Martins lié la tradition que «Muhammad était un de ces nomades qui ont servi comme un garçon de chameau pour les frères et qui, par reconnaissance ordonné que le monastère du Sinaï toujours être respectée” (99). Muhammad Hamidullah a également partagé la version arabe de l’alliance dans al-Watha’iq dans 1956.

Les opinions positives du Pacte du Prophète ont été fournis par Albert Champdor en 1963. Akram Zahoor et Z. Haq étaient résolument favorables à 1990 tout Nikolaos Tomadakis, Konstantinos A. Manafis et Demetrios Digbassanis étaient très objectif 1990. Dans son travail de 1995, Joseph J. Hobbs a adopté une approche très scientifique, présentant tous les différents points de vue. Brucy Merry et J. Gordon Melton présentés en termes factuels dans 2005. Quant à Reza Shah-Kazemi, sa croyance dans le Ashtiname est venu clairement dans 2005.

Considérant que le Prophète, le Coran, la Charia, la Sunna, et les musulmans dans leur ensemble ont fait l’objet d’attaques croissantes au début du XXIe siècle, un fort contingent de chercheurs ont sortira à l’appui de laPacte du Prophète avec les moines du mont Sinaï dans une tentative de contrer ce récit. Ils comprennent: David Dakake (2009 CE), Muqtedar Khan (2009 CE), Zia Shah (2011 CE), Ahmed Shams (2011 CE), Raj Bhala (2011 CE), Hedieh Mirahmadi (2011 CE), Helen C. Evans ( 2012 CE), le Père Justin du Sinaï (2012 CE), Pave the Way Foundation (2012 EC), Radical Middle Way (2013 CE), Dr Fouad Nahdi (2014 CE), et la Fondation Tabah (2015 CE), qui décrit les Pactes comme “authentique, légitime et irréfutable.”

Au cours des dernières années, de nombreux auteurs et chercheurs sont sortis pour confirmer la Pacte du Prophète avec les moines du mont Sinaï. Dans son Huit ans errant dans les hautes montagnes de la péninsule du Sinaï, Ahmed Shams mentionné que:

Depuis la conquête arabe, le monastère était sous la protection des musulmans. Garanties de protection ont été donnés au monastère le long de sa longue histoire à travers des centaines de fiduciaires, en commençant par celui du Prophète Mohamed des musulmans dans le 7th siècle … Certains historiens ont leurs propres doutes sur le fiduciaire du Prophète Mohamed. Quoi qu’il en soit, ces doutes ne changera pas le fait que tous les rois, sultans musulmans et les présidents respectés les fiduciaires. Il fait partie des valeurs islamiques pour protéger les édifices religieux chrétiens et juifs. (15-16)

Il est également reconnu par les signataires suivants à l’Initiative Pactes Feisal Abdul Rauf:, Kathryn Qahira Santana, Marina (Nouria) BOUTEILLIER, Yousef Casewit, Farah Kimball, Zachary Markwith, Charles Daines, Adam Deen, Alan Godlas, Kabir Helminski, Jeremy Henzell -Thomas, Irving Karchmar, Qaisra Ehsan Khan, John Parks, Saqib Safdar, Yusuf AH Salaam, Reza Shah-Kazemi, Kamal Southall, Hector Manzolillo, Aida Shahlar Gassimova, Omid Safi, Hisham M. Ramadan, Bridget Blomfield, Said Mentak, Mohamed Elkouche, Muhammad Reza-Fakhr-Rohani, Amar Sellam, Charles Upton, Rachida Bejja, Saimma Dyer, Daniel Dyer, Nigel Jackson, Cyrus Ali Zargar, Mahdi Tourage, Faysal Burhan, Safeer Siddiqui, Yasser Chaudhary, Arshad Sharif, James Parker, Baha ‘Uddin Peter Hughes, Hesham A. Hassaballa, soufi John Ishvaradas Abdallah, Khadija Fitzwilli Hall, Walid Radwan, Arnold Yasin Mol, Kevin Barrett, Alim Ali, musulman Muhammad Arshad, Nebil Nuradin, Asif Merchant, Mike Mohamed Ghouse, Muqtedar Khan, Muhammed Haron, Wazir Bax, Bibi Ruqaiyah Baksh, Fazeel Mohamed Férouz, Muhammad Yunus, Abdul Rehman Malik-, Osman Saffah, Osman Qureshi, Andrzej Ahmed Saramowicz, Latifa Chentouf, Jayde Russell, Humera Khan, Noor-Malika Chishti, Munawar A. Anees, président, Abdallah Schleifer, Shereen Williams, Bouchra Belgaid, Maged Agour, Sam Amico, Tevfirk Aydoner, Daniel Abdal-Hayy Moore, Roger Abdul-Wahhab Boase, Rashid Patch, Salim Warda, Ryan Brizendine, Oliver S. Muhammad, Natalia Andujar, Shabbir Agha Abbas, avec d’autres chercheurs et les étudiants de l’Islam.

Conclusions

En termes de chaînes de transmission, le ‘Ahd, ahdname or Ashtiname accordée aux moines du mont Sinaï semble être le plus fort de tous les Pactes du Prophète. Il a été transmis par les musulmans et non-musulmans pendant près d’un millénaire et demi. Du point de vue scientifique, il atteint le plus haut degré de certitude que nous pouvons nous attendre d’un document datant du 7th siècle. Il faudrait une combinaison dangereuse de l’ignorance et de l’arrogance pour tout chercheur de rejeter ce document comme un faux face à son illustre lignée de transmission. Non seulement est sa chaîne de narration solide, si ce est son contenu, qui est en accord avec le Coran et la Sunna de confiance. Alors que certains pourraient faire valoir que le Pacte au monastère de Sainte-Catherine était un acte exceptionnel limité à un endroit et les gens en particulier et applicable seulement pour un temps spécifique, le Prophète lui-même précisé que ses dispositions se appliquent à tous les chrétiens pacifiques, qui étaient amis et alliés les musulmans, pour tous les temps à venir. Qui plus est, l’authenticité de l’Alliance du Sinaï peut augmenter la crédibilité des autres covenants survivants, dont la validité et de la chaîne de la transmission peut ne pas être aussi bien documentées et donc douté. Où les plantes prospèrent et notre sens visuel ne voit rien, mais vert, nous savons qu’il doit y avoir de l’eau. Le Pacte du prophète Mahomet avec les moines du mont Sinaï ne est pas simplement appuyée par un ressort, comme une oasis; la verdure, il produit se rapproche de la jungle tropicale, alimenté par des sources, des rivières, des lacs, et une abondance de pluie. Le achtiname a été une source de vie pour les chrétiens et les musulmans depuis plus d’un millénaire et demi. Que cette alliance de l’espoir de continuer à graines de l’eau de la paix jusqu’à la fin des temps!

Ouvrages cités

Affargart, Greffin. Relation de terre sainte. Paris: V. Lecoffre, 1902.
Aksan, Virginia H. Un Statesman ottomane dans Guerre et Paix: Ahmed Resmi Effendi, 1700-1783. Leiden: Brill, 1995.
Ali, Syed Ameer. L’Esprit de l’Islam: La Vie et enseignements de Mahomet. Calcutta: SK Lahiri & Co., 1902.
Atiya, Aziz S. Une histoire du christianisme oriental. Millwood, NJ: Kraus Reprint, 1980.
Baladhuri, Ahmad ibn Yahya, Les origines de l’État islamique. Vol. 2. Trans. Philip Hitti Khuri. New York: Columbia University Press, 1916.
Courrier de l’Égypte. Caire: Imprimerie Nationale, 1798.
Jour, Henry. Sinaï; un poème. Burton-on-Trent: WB Darley, 1857.
Gelat, Philippe. Répertoire de la législation et de l’administration L’égyptiennes. Np: Alexandrie, 1888-1889.
Ibn Kathir al-Dimashqi. Imad al-Dîn Abû al-Fida Ismā’īl. Histoires des prophètes. Trans.
Muḥammad Mustapha Geme’ah. Riyad: Darussalam, 1999.
LHD “Décret de Mahomet Relatif aux Chrétiens.” Échos d’Orient. Tome 1, N. 6, 1898: 170-171.
Lockhart, John Gibson. L’Histoire de Napoléon Bonaparte. Vol. 1. New York: Harper & Brothers, 1835.
Merry, Bruce, éd. Encyclopédie de la littérature grecque moderne. Westport, Connecticut .: Greenwood Publishing Group, 2004.
Marcel, Jean-Joseph. Les dix soirées malheureuses: Contes d’Abd-errahmann. Paris: Jules Renouard, 1829.
Melton, J. Gordon. Confessions à travers Heure: 5,000 ans d’histoire religieuse. Santa Barbara, CA: ABC-CLIO, 2014.
Mirahmadi, Hedieh. “La Voie du Milieu.” Les enfants d’Abraham: la liberté et la tolérance à l’ère de conflit religieux. Kelly James Clark, éd. New Haven: Yale University Press, 2012. 218-237
Monconys, Baltashar de. Le voyage en Égypte, 1646-1647. Le Caire: Institut français d’archéologie orientale du Caire, 1973.
Mosheim, Johann Lorenz. Une Histoire ecclésiastique, de la naissance du Christ au début du XVIIIe siècle. Volume 1. Londres: T. Tegg et Fils, 1838.
-. Une Histoire ecclésiastique, ancienne et moderne, de la naissance du Christ, au début du siècle Le Présent. Trans. Archibald Maclaine. Vol. 1. Londres: Millar, 1765.
Nahdi, Fuad. «Chrétiens et musulmans ont coexisté paisiblement devant et doit le faire à nouveau.” The Guardian(Novembre 18, 2014). Internet: http://www.theguardian.com/ commentisfree / croyance / 2014 / novembre / 18 / chrétiens-musulmans-co-existé général-synodaux-religions-alliés
Napoléon I. Une sélection des lettres et des dépêches de Napoléon Ier. Vol. 1. London: Chapman and Hall, Ltd., 1883.
New Monthly Magazine and Literary Journal. “Actes des sociétés.” New Monthly Magazine and Literary Journal. Londres: Henry Colburn and Company, 1835.
Oliveira Martins, Joaquim Pedro. Los Hijos de Don Juan: Principes, guerreros, y navegantes, Fundadores de un Imperio. Buenos Aires: Editorial Atalaya, 1946.
Pococke, Richard. “A Description de l’Est et d’autres pays.” Une collection générale des Voyages meilleurs et les plus intéressants et Voyages dans toutes les parties du monde: dont beaucoup sont maintenant Première traduit en anglais. Ed. John Pinkerton. London: Longman, 1809. 389-391.
Renaudot, Eusèbe. Alexandrinorum Jacobitarum Historia, un D. Marco usque ad finem saeculi XIII. Cum catalogo Sequentium patriarcharum & collectaneis historicis Ad Ultima tempora spectanibus. Inseruntur multa Ad Res ecclesiasticas Jacobitarum patriarchatus Antiocheni, Aethiopiae, Nubiae & Armeniae pertinentia. Accedit quintessence historiae muhamedanae annonce illustrandas res Ægypticas. Parisiis, F. Fournier, 1713.
Shams, Ahmed. Huit ans errant dans les hautes montagnes de la péninsule du Sinaï: un conte des cartes Deux. Sinaï, en Égypte: Lulu.com, 2011.
Sidarouss, Sésostris. Des patriarcats: les patriarcats Dans l’Empire ottoman et specialement en Égypte. Paris: Rousseau, 1907.
Stern, SM Fatimides décrets: les documents originaux de la chancellerie fāṭimide. London: Faber and Faber, [1964].
Suhrawardy, Abdullah al-Mamun al. “La tolérance dans l’Islam: La Charte du Prophète Muhammad aux chrétiens, et que du calife Ali aux Parsis“. La revue trimestrielle asiatique 19 37-38 (Janvier-Avril, 1905): 152-161.
Thenaud, Jean. Le voyage d’outremer. Ed. Ch. Schefer. Paris: Leroux, 1884.
Wolff, Joseph. Voyages et aventures du révérend Joseph Wolff. Londres: Saunders, Otley, et Co., 1861.
Zaydan, Jurji. Omeyyades et Abbassides: Être la quatrième partie de l’histoire de Jorge Zaydan de la civilisation islamique. Trans. DS Margoliouth. Leyden: EJ Brill; London: Luzac & Co., 1907.
Zahoor, Akram. Histoire musulmane: 570-1950 CE. Gaithersburg, MD: AZP, 2000.

http://fr.muslimvillage.com/2015/02/22/63264/historicity-mount-sinai-covenant/


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: